>>> Prochaine livraison le 19 juillet

MISE A JOUR EN COURS

Membres du bureau (saison 2018)


Philippe GENEST
(Président)


Tonie LAMBERT
(Vice Présidente)


Christian PESSIDOUS
(Trésorier)


Ludovic ISHIOMIN
(Secrétaire)

Le Conseil d’Administration (saison 2018)


Catherine BONNET-RANAVOLO


Geneviève DELSOL


Dalila GARAH


Dominique LETERME


Pierre MARJOLET


Stéphane NICOLE


Nicolas ROUSSET


Claire SERBIT


Jacques TARTARIN


Virginie WATINE

 

Compte-rendus de l'assemblée générale et du conseil d'administration :

Les statuts de l’AMAP "En Seine, Brin d'Orge!", ici en PDF.

La charte des AMAP est consultable sur le site AMAP-Idf : http://www.amap-idf.org/

Savoir ce qu’AMAP veut dire...

L’AMAP est une Association pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne.

Pour bien comprendre "les valeurs, les principes et les engagements" auxquels doit souscrire une AMAP, nous vous conseillons la lecture de la Charte des AMAP.

Pour résumer, l’AMAP est une structure qui engage mutuellement d’un côté les agriculteurs, les maraîchers, les producteurs d’aliments, et d’un autre, les consommateurs, ou consom’acteurs, réunis en AMAP, les amapiens.

Elle soutient une agriculture paysanne :
- de proximité, ce qui facilite le contact entre l’agriculteur et les amapiens, et réduit les coûts et la pollution dus au transport,
- qui respecte l’environnement, par une culture biologique, qui suit les saisons, qui travaillent souvent avec des variétés anciennes, qui n’a pas recours aux pesticides,
- équitable, par l’absence d’intermédiaires et des prix transparents, ce qui assure d’une part la viabilité de l’exploitation, et d’autres part des prix justes, inférieurs à ceux du marché, à qualité égale, pour les consom’acteurs.


Elle s’inscrit donc dans le développement durable : il s’agit d’une activité en accord avec la planète et les hommes.

Par sa participation dans une AMAP, le consom’acteur :
- contribue à créer un lien de convivialité : les consom’acteurs se rencontrent et échangent avec le producteur, lors de la répartition hebdomadaire des produits à laquelle ils prennent part,
- entre dans une démarche responsable par le pré-achat de la récolte, ce qui garantit les revenus du producteur, et ce qui permet d’être solidaire avec les succès et échecs de la production,
- bénéficie de produits de qualité au bon prix, issus d’une production locale, de saisons, et sans intermédiaires ; des produits frais, variés, sans conservateurs et sans emballages,
- profite d’un échange pédagogique : les amapiens sont invités à visiter la ferme, ils apprennent, peuvent donner leur avis et ils peuvent aider à leur tour, tout cela est possible grâce au dialogue ouvert avec le producteur.

L’AMAP repose sur un engagement mutuel qui s’éloigne des gestes de vente et d’achat des magasins, et même des marchés, dans lesquels nous sommes habitués à une certaine opacité et un anonymat certain.

L’AMAP représente tout le contraire : elle permet dans la durée le contact, la connaissance, le dialogue, l’échange, la convivialité. Mais cela suppose que l’engagement soit tenu par tous.

Cet engagement local est de plus relié à une prise de conscience plus globale sur l’environnement

A l’inverse du réflexe consumériste dû à la société dans laquelle nous sommes, l’AMAP est un espace privilégié pour développer un rapport autre à l’alimentation et l’écologie :
- elle nous incite à réfléchir sur son amélioration au quotidien,
- elle implique les amapiens dans la diffusion de cette alimentation de qualité et des valeurs de l’agriculture paysanne,
- elle ouvre à une sensibilisation aux autres gestes qui permettent de modifier notre empreinte écologique : techniques de compostage, organisation de covoiturage…

Face à toutes ces opportunités, l’AMAP est trop souvent associée de manière réductrice au seul panier, et parfois on la réduit même à un tarif, en reproduisant le comportement de consommation un peu aveugle et unilatéral propre à la grande distribution.

Les habitudes consuméristes sont fortes dans notre société : or l’AMAP n’est un panier qu’à la toute fin d’un processus de réflexion et d’échange. L’AMAP ne doit pas être une mode : si elle est réduite à ses tarifs de paniers, alors elle sera dépassée par la grande distribution quand celle-ci se mettra à proposer des produits bio, mais importés de très loin.

Chacun doit connaître les principes et les valeurs auxquels une AMAP donne vie, afin de promouvoir une société plus stable et réfléchie.